Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/12/2013

Ils font croire à leur ami alcoolique qu'il se réveille après dix ans de coma

L'abus d'alcool peut très vite tourner au cauchemar. C'est ce qu'a essayé de faire comprendre Tom Mabe, spécialiste en caméras cachées, à son ami.

C'est aux Etats-Unis qu'a eu lieu cette histoire tout à fait insolite. Les proches d'un chauffeur de poids lourd ont voulu montrer à celui-ci que son ivresse pourrait bien lui coûter cher. Ils ont mis en scène tout un scénario, auquel ils ont participé.

Après la cinquième perte de connaissance du chauffeur, un de ses proches le trouve et c'est alors que commence la blague. Il est amené dans une chambre d'hôpital, complètement aménagée pour lui. Il se réveille, prend conscience du lieu où il se trouve et semble quelque peu groggy, puisqu'il n'a sans doute pas encore cuvé tout l'alcool qu'il avait dans le sang (près de cinq grammes, selon différents médias). Une infirmière arrive pour lui expliquer son état et l'homme tombe alors sous le choc en comprenant qu'il a dû faire un accident en ayant trop bu.

Plus grande est sa surprise lorsqu'on lui apprend qu'il a en fait passé 10 ans dans le coma. On va même jusqu'à allumer la télévision de sa chambre, sur laquelle est diffusé un faux journal télévisé, spécialement réalisé pour cette occasion. On y apprend notamment qu'Hillary Clinton a succédé à Barack Obama...

Un dernier « médecin », qui est en fait son meilleur ami, entre en scène et la « victime » de cette plaisanterie finit par tout comprendre. Malgré le côté comique de l'histoire, ce que Tom Mabe a surtout essayé de faire passer était un beau message d'amitié : « reprends-toi en main, sans quoi un véritable accident pourrait t'arriver ».

19:46 Publié dans Humour | Lien permanent | |  Facebook

Commentaires

Certainement la dernière idée géniale d'Antoine de Caunes pour "buzzer".
On sait quelles sont les questions et quelles seront les réponses des invités.

Écrit par : cb | 10/12/2013

Les commentaires sont fermés.